Grand Prix F1 Italie 1976 Allemand VHSRip notag

Téléchargement & Détails

Téléchargement Anonyme

Nous vous recommandons fortement l'utilisation d'un VPN pour télécharger vos torrents en toute sécurité & anonymat :

Accéder au VPN
Télécharger Télécharger le torrent
Mots clés VOSTFR VCD/SVCD/VHSrip PC/Platine/Lecteur Multimédia/etc 2D (Standard)
Seeders 16 Leechers 0 Complétés 27
Informations Voir les informations
Fichiers 1 - Voir les fichiers

Présentation

Ajouter à mes favoris Voir le NFO Signaler

F1 GP d'Italie 1976

?


181005020739704875.jpg



Réglementation

Poids (min): 575 kg
Moteur
Type:
libre
Suralimentation:
autorisée
Cylindrée (max):
3000 cc (atmosphérique) ou 1500 cc (suralimenté)
Cylindres:
12 cylindres maximum
Tours/min (max):
libre
Nombre:
libre
Carburant
Type:
libre
Ravitaillement:
autorisé
Consommation (max):
libre

Type de voitures engagées
:



2ae7b9371944facc3b2fbe28fadf6381.jpg




Le GP



181006091144354860.jpg?




Le retour de Niki Lauda

Il est de retour. Six semaines seulement après l'accident du Nürburgring qui a failli lui coûter la vie, Niki Lauda est à Monza et remonte dans le baquet de sa Ferrari 312 T2. Après une trentaine de roues d'essais à Fiorano, les médecins l'ont jugé apte à courir. Ce retour si précoce suscite à la fois admiration et malaise dans le paddock. Le crâne couvert de bandages, Lauda souffre encore de ses oreilles dont les cartilages sont à vif. Son casque a dû être rembourré pour lui éviter des douleurs insupportables. A un journaliste maladroit lui demandant si ce visage abîmé ne le gêne pas pour courir, il répond avec bon sens qu'il n'a besoin que de son pied droit pour piloter ! Du reste, beaucoup de pilotes rendent hommage à son courage, dont Jackie Stewart qui le trouve « extraordinaire ». Par une ironie cruelle mais significative, on remarque dans les stands la présence d'une silhouette connue, une figure du passé que personne ne voit sans songer tristement à un autre destin, brisé lui définitivement. Cette personne, c'est Nina Rindt.

 

Chez Ferrari, on est perplexe devant la rentrée de Lauda. Le Commendatore ne cache qu'il aurait préféré que son pilote demeure en convalescence, afin que sa défaite au championnat soit honorable. Personne ne l'imagine en effet pouvoir sérieusement empêcher James Hunt devenir champion du monde. De plus, Ferrari a déjà engagé Carlos Reutemann pour le supplanter. Ne pouvant se dédire auprès de l'Argentin, l'écurie engage donc trois voitures pour sa course nationale. Tous ses espoirs sont portés sur Clay Regazzoni, vainqueur à deux reprises à Monza, en 1970 et 1975. Mais l'arrivée de Reutemann est un nouveau coup porté à Lauda qui n'aime pas du tout celui-ci : « Un type impossible, froid comme un glaçon... Nous n'avons jamais pu nous piffer... »

 

Présentation de l'épreuve

L'atmosphère est très malsaine à Monza. Dans les jours précédant l'épreuve, la presse italienne s'est déchaînée contre McLaren et James Hunt. Les plumitifs s'interrogent: comment une voiture propulsée par un simple V8 Ford-Cosworth peut rivaliser avec les cinq cents cheveux du Cavallino Rampante ? Sous-entendu: McLaren et les Britanniques sont des tricheurs. On parle d'un système injectant du méthanol dans l'essence, accroissant la puissance du moteur au moment de dépasser les concurrents. Ce qui est de la calomnie. Les hommes de Teddy Mayer et d'Alastair Caldwell vont ainsi se faire siffler durant tout le week-end par les tifosi. « Dehors la mafia anglaise ! » hurlent ces hystériques.

 

McLaren a justement a remisé sa M26 dont les piètres performances à Zandvoort aux mains de Jochen Mass ont démontré qu'elle n'était pas encore prête pour la compétition. Avec seulement deux points de retard au classement général sur Lauda, Hunt espère bien gagner et prendre la tête du championnat. Mais l'Anglais n'a pas seulement l'esprit à la compétition. Il est ainsi parmi les premiers à féliciter Lauda pour son retour sur le circuit. Au delà de leur rivalité, c'est bien le respect qui l'emporte entre les deux hommes.

 

La saison des transferts bat son plein. Ken Tyrrell a annoncé que Ronnie Peterson remplacerait Jody Scheckter dans son équipe en 1977. Le Sud-Africain se retrouve sans volant mais est convoité par Brabham. Chez Lotus, si Mario Andretti devrait demeurer premier pilote, le discret mais talentueux Tom Pryce pourrait le seconder.

 

Reutemann parti chez Ferrari, Brabham le remplace par Rolf Stommelen qui a déjà piloté la BT45 au Nürburgring.

Chez Shadow, Tom Pryce est de nouveau le seul à utiliser la nouvelle DN8. Jean-Pierre Jarier ne la pilotera pas jusqu'à la fin de la saison, mis de côté par Don Nichols qui se méfie de lui depuis qu'il a essayé de rejoindre Ligier.

L'écurie RAM est de retour mais avec une seule Brabham BT44B, confiée à Lella Lombardi. Loris Kessel se contente lui d'une antique Williams FW, voiture dont la conception remonte à 1972 ! Il est d'ailleurs bien vite éjecté par les commissaires car jugé trop lent. Brett Lunger est de retour au volant de la deuxième Surtees après l'intérim de Conny Andersson aux Pays-Bas. Il y a deux Tyrrell 007 privées: outre celle d'Alessandro Pesenti-Rossi, Otto Stuppacher, recalé du GP d'Autriche, tente de nouveau sa chance avec le soutien de la fédération autrichienne. Enfin Guy Edwards s'installe à nouveau dans l'Hesketh engagée par Penthouse.

 

Le tracé de l'autodrome a été modifié: une nouvelle chicane a été ajoutée à la place de la Curva della Roggia, tandis que la Variante del Rettifilo a été redessinée et ressemble à deux petites chicanes successives.




Disqualification des McLaren et de la Penske

Le dimanche matin, coup de tonnerre. Les temps réalisés en deuxième séance de qualification par John Watson, James Hunt et Jochen Mass sont
annulés car leurs voitures auraient utilisé un carburant avec un indice
d'octane trop élevé: 101,6 pour les McLaren, 105,7 pour la Penske pour
un taux limité en Italie à 101. Cependant, il y a la malice de la part
des autorités sportives transalpines, qui visent évidemment surtout
McLaren. En effet, l'équipe anglaise a acheté pour cette course du
carburant Texaco en Angleterre. Or outre-Manche, l'indice d'octane
autorisé est bien plus élevé qu'en Italie. Beaucoup voient derrière
cette pénalité la main d'Agip, le pétrolier de... Ferrari. En tout cas
la sanction est terrible, car les trois pilotes incriminés n'ont plus
pour se défendre que leurs chronos du vendredi, réalisés sur piste
humide... et se retrouvent donc non-qualifiés ! Teddy Mayer fait
aussitôt appel, mais le temps que celui-ci soit examiné, la course aura
déjà eu lieu sans ses pilotes... Pire encore, Alastair Caldwell est
interpellé par les carabineri et enfermé au poste de police de
l'autodrome pour importation illégale de carburant ! Mayer se rend ainsi
seul auprès des commissaires sportifs pour protester et, faute de
maîtriser l'italien et surtout de disposer des connaissances techniques
de Caldwell, il en revient furieux et bredouille. Les Italiens narquois
répliquent que ce n'est qu'une juste réponse au favoritisme dont les
Anglais ont fait preuve envers Hunt lors du GP de Grande-Bretagne.


 

Heureusement pour le sport, la chance va finalement quelque peu sourire à McLaren. Du fait de leurs éliminations et de celle de Watson,
Stuppacher, Merzario et Edwards se retrouvent qualifiés. Or le dimanche,
les deux premiers ont déjà quitté l'Italie, se croyant éliminés...
Quant à Edwards, sa douleur au poignet se réveille et il déclare
forfait, permettant opportunément aux trois bannis de prendre le départ.
Lauda, que l'on a connu plus fair-play, n'est pas content de ce
revirement et demande à Daniele Audetto de faire pression pour interdire
l'accès de la grille aux McLaren. En tout cas celles-ci sont
accueillies comme il se doit par les spectateurs italiens qui ont
déployé des banderoles injurieuses à leur égard.


 

Le Grand Prix

Le ciel est très couvert sur Monza et le risque d'averse semble important. Détendu, le sympathique Jacques Laffite semble croire à ses
chances de victoire. A signaler que, comme de juste, Alastair Caldwell a
été relâché par la police, maintenant qu'il ne peut plus nuire aux
Ferrari...


 

Départ: Comme d'habitude ici celui-ci est donné en dépit du bon sens, les voitures du fond de grille n'étant même pas arrêtées après le tour
de formation... Laffite prend un bon envol mais il se fait surprendre à
la chicane par Scheckter qui s'empare du commandement. Derrière eux se
trouvent Pace, Depailler, Peterson et Reutemann. Lauda a pris un départ
prudent et se retrouve au milieu du paquet.



18100609114339434.jpg?




Hebergeur: Seedbox
Durée: 1h50
Taille: 806 Mo
Langue: Allemand
Format: AVI
Codec Vidéo: h264 à 902 kb/s
Codec Audio : MPEG Audio à 105 kb/s
RIP: VHS

Mes autres uploads

Si vous cherchez des GP ou saison de 1983 à 1987 (inclus) je vous invite à visiter le profil de mon ami Maxou0211

Je mettrai prochainement quelques GP de 1966 à 1982 (inclus)


Pour ceux qui sont intéressé, je vends une carte graphique Radeon HD7950 3Go
et un billard américain, n'hésitez pas à m'envoyer un mp.

Commentaires

Derniers commentaires

  • utilisateur

     Omvard

    432.39Go - 252.62Go

    Ajouté par Omvard il y a 1 jour

    Merci beaucoup :)